Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Regard, exclusion et handicap

Regard, exclusion et handicap

L'évolution du terme de handicap a un fondement historique comme cela a été évoqué dans un des articles, mais ce n'est pas le seul. On parle de "situation de handicap" on parle de "contexte législatif" et également de "contexte géographique".

Parlons dans un premier temps de la dimension "géographique". Un fait étonnant est à remarquer, la plupart des établissements spécialisés sont situés à l'extérieur des villes. Effectivement, il est rare de trouver un ESAT en plein centre ville, au coeur même d'une ville. La plupart du temps, ils ont bâties à la périphérie, dans les zones industrielles. Mais quel est l'argument qui justifie ce choix ?

Car, il faut remarquer un élément particulièrement saisissant. Les activités proposées varient en fonction de l'emplacement. En effet, plus les établissements sont situés à l'extérieurs des villes, plus les travailleurs handicapés effectueront des tâches comme de l'élevage, des "espaces vert". Au contraire des ESAT qui sont placés au plus proche des villes et qui proposeront de la blanchisserie ou de la restauration.

Cette mise à distance a alors pour vocation de donner le meilleur climat de vie aux travailleurs. Les entreprises vont agir "pour leur bien" et "pour qu'ils puissent profiter du grand air". Mais on parle bien de mise à distance et d'exclusion. J'aimerai également mettre en évidence un exemple qui m'a marqué alors que j'étais encore étudiant et qui pourrait illustrer cette idée.

Comme la plupart de mes amis, j'avais l'habitude de prendre le bus pour aller en cours. Et plusieurs fois cela m'arrivait de croiser des personnes en situation de handicap. Je remarquais alors plusieurs éléments. Le regard des autres passagers était méfiant envers ces personnes. Ils étaient gênés de leur présence. Comme je travaillais également avec eux lors de mon stage, je descendais au même endroit qu'eux. Et tous les autres passagers connaissaient l'arrêt de bus des "handicapés". Ce qui donnait parfois naissance à une sorte de généralisation. Si une personne s'arrêtait ici, c'est qu'elle était handicapée et du coup, seules les personnes en situation de handicap descendaient ici. Du coup, j'étais également considéré comme un "handicapé".

C'était un cercle vicieux, car il est m'est arrivé d'entendre : "Avant je descendais ici, mais maintenant...je préfère sortir plus loin"

Cet expérience est frappante pour plusieurs raisons, mais vu d'un oeil extérieur et avec d'autres outils d'analyse, on peut remarquer qu'il existe des "quartiers d'handicapés", connotés péjorativement à cause d'une incompréhension et d'une généralisation. Voilà pourquoi il est important de parler de dérive du contexte géographique et de la mise à distance des établissements. 

Mettre à distance, ce n'est qu'une solution provisoire, car tôt ou tard, on se retrouvera tous confronté à cette situation. Que ce soit dans le bus, au travail ou même dans la rue, chacun va réagir différemment. Il est possible d'éloigner le problème et la gêne que l'on éprouve, il est facile d'isoler un travailleur handicapé dans un bureau, loin des autres travailleurs "pour lui offrir le calme dont il a besoin", mais est-ce la bonne solution ? Est-ce cela l'inclusion professionnelle dont on parle dans les débats actuels ?

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Jérôme Jouret


Voir le profil de Jérôme Jouret sur le portail Overblog

Commenter cet article