Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Handicap mental et déficience intellectuelle

Handicap mental et déficience intellectuelle

Comment faire la différence entre le handicap psychique, le handicap mental et la déficience intellectuelle ? La première chose à savoir est que nous ne parlons ici que de handicap qui ne touche pas directement le corps. Ce sont des handicaps dits "invisibles", car il est parfois complexe de les distinguer en regardant seulement la personne.

 

Définir le handicap mental est complexe, car il est polysémique et lié au contexte historique. Ce n'est pas un handicap "visible" dans le sens ou le handicap ne se voit pas directement. La notion de handicap est connotée dans le sens de la déficience, voilà pourquoi le concept de déficience intellectuelle et le handicap mental sont deux notions assez proches. 

 

Déficience et handicap n'ont pour autant pas le même impact social. La déficience accentue davantage sur le côté médical, la  prise en charge et la notion de handicap mettent l'accent sur l'aspect social, politique et économique.

 

La loi du 11 février 2005 définit le handicap :

 

- " un problème dans une fonction ou une structure de l’organisme; une limitation de l’activité est une difficulté rencontrée par un sujet pour exécuter une tâche ou une action; une restriction à la participation est un problème empêchant le sujet de s’engager pleinement dans les situations de la vie courante "

 

En ce qui concerne la déficience intellectuelle :

 

- " La déficience intellectuelle se caractérise par l’altération des aptitudes figurant d’un bout à l’autre du spectre de développement comme le fonctionnement cognitif et le comportement adaptatif. Une intelligence inférieure diminue l’aptitude à s’adapter aux exigences quotidiennes de la vie. "

 

Les deux définitions sont assez semblables sur le fond, mais la forme et les termes utilisés sont particulièrement évoquant et représentatifs. Dans un cas on parle d'"altération des aptitudes" et dans l'autre cas on parle de "limitation d'activité".

 

Les deux thématiques présentées ici sont liées à l'aspect médical et pris en charge, mais cette description est également à remettre dans son contexte. Dans un cas on est dans une loi qui a pour vocation d'expliquer le handicap d'une manière politiquement correcte alors que dans l'autre cas on parle d'un aspect mécanique et technique.

 

Mais on est bien d'accord, la notion qui choque tout de suite dans ces définitions est celle "d'intelligence inférieure", mais encore une fois, c'est expliqué par le contexte mécanique et médical qui l'influence. Voilà pourquoi il est toujours nécessaire et important de justifier et de décrire de quoi on parle et dans quel contexte on se situe, car le vocabulaire sera d'autant plus précis.

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Jérôme Jouret

Jérôme Jouret est doctorant en sociologie sous la codirection d’Emmanuelle Leclercq et Florence Legendre. Il est, titulaire d’un master de science de l’éducation, orientation pratique et ingénierie de la formation dans un parcours Handicap et Besoin Éducatif Particulier, d’une maîtrise en psychopathologie et d’une licence en psychologie. Il a réalisé son mémoire de master sur le thème des besoins de formation des travailleurs d’ESAT en Champagne Ardennes sous la direction de Florence Legendre et en partenariat avec l’UNIFAF Châlons en Champagne.
Voir le profil de Jérôme Jouret sur le portail Overblog

Commenter cet article