Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Comment s'impliquer en gardant une juste distance ?

Comment s'impliquer en gardant une juste distance ?

La question qui s'est posée à moi dés le début de mon travail de recherche, c'est : " Finalement, pourquoi est-ce que je fais une thèse ? "

 

Dans les premiers temps ça été : 

- Parce que je ne me vois pas travailler maintenant, je ne me sentais pas prêt à travailler. Professionnellement, je n'étais pas prêt et je ne savais pas exactement ce vers quoi j'allais. Ma licence de psychologie clinique, mon M1 de psychopathologie ne m'avaient pas apporté la réponse que je désirais.

C'est d'ailleurs pour cette raison que j'en suis parti, même si parfois cela m'arrive de le regretter...

- Et puis, j'ai toujours été curieux de comprendre comment fonctionnent les institutions, les réseaux professionnels, familiaux ou amicaux. J'avais un attrait pour la recherche, mais de là à faire une thèse ? 

 

Finalement, travailler sur l'insertion professionnelle des travailleurs handicapés c'est aussi un peu travailler sur ma propre insertion professionnelle. Même si j'ai découvert avec le temps que pour travailler dans le médico-social, il faut savoir s'impliquer.

Alors ça a été un sentiment d'injustice qui m'a poussé dans la littérature, dans la bibliographie. Je me suis acharné dans les textes institutionnels, dans les rapports, dans les discours d'acteurs qui se révoltaient contre l'injustice liée à l'insertion professionnelle des travailleurs handicapés.

Mais je me suis également rapidement rendu compte que pour être objectif dans cette recherche, il fallait que je mette le sujet à distance. Je ne suis pas un professionnel du médico-social, je suis un professionnel qui tente de comprendre comment fonctionne le monde de l'insertion professionnelle des travailleurs handicapés.

Mais l'implication est au coeur de la pratique professionnelle. Sans elle, il n'y aurait pas de sensibilisation au handicap, il n'y aurait pas d'innovation et de bricolage institutionnel. Car c'est un travail qui est avant tout collaboratif, qui fonctionne mieux par le biais du réseau professionnel et du partage de connaissances.

C'est l'alliance du travail qui est fondamentale, mais elle ne peut se développer que dans des conditions professionnelles et personnelles précises. Ainsi, même si l'on tombe dans le champ du handicap "par hasard", sans lien particulier, une forme de sensibilisation se produit qui transforme les représentations, les entreprises et les institutions.

 

C'est cela qui me passionne, car même si j'ai mis à distance mon objet de travail qu'est l'insertion professionnelle des travailleurs handicapés, j'ai été sensibilisé à la question et mes représentations ont changé. C'est un processus naturel.

Comme le dirait une personne que j'ai rencontré et qui m'a énormément aidé dans ce parcours de thèse c'est : " Les professionnels du médico-social sont des croyants, ce sont de vrais croyants..."

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Jérôme Jouret

Jérôme Jouret est doctorant en sociologie sous la codirection d’Emmanuelle Leclercq et Florence Legendre. Il est, titulaire d’un master de science de l’éducation, orientation pratique et ingénierie de la formation dans un parcours Handicap et Besoin Éducatif Particulier, d’une maîtrise en psychopathologie et d’une licence en psychologie. Il a réalisé son mémoire de master sur le thème des besoins de formation des travailleurs d’ESAT en Champagne Ardennes sous la direction de Florence Legendre et en partenariat avec l’UNIFAF Châlons en Champagne.
Voir le profil de Jérôme Jouret sur le portail Overblog

Commenter cet article